English German Chinese
avocats d'affaires paris

    20/02/2013 - Reprise de Veninov : Granrut conseille Windhager, repreneur de l’usine

    Le repreneur de Veninov s’engage à redémarrer l’activité en mars

    Le groupe autrichien Windhager, repreneur de l’usine Veninov (toiles cirées) de Vénissieux (Rhône), s’est engagé mardi à redémarrer l’activité en mars, lors d’une audience en référé devant le tribunal de commerce de Nanterre (Hauts-de-Seine).

    Le liquidateur du site avait engagé une procédure d’urgence pour inciter le groupe à respecter ses engagements. Il lui reprochait de ne pas s’être conformé aux termes des ordonnances de ce même tribunal fixant les conditions de reprise de l’entreprise, spécialisée dans la fabrication de toiles cirées.

    Selon ces ordonnances, Windhager, devenu propriétaire des locaux, des machines et des marques (notamment Vénilia) pour 2,5 millions d’euros, devait relancer une production industrielle à Vénissieux avec dans un premier temps 40 à 50 salariés avant la fin 2012, ce qui n’a pas été le cas.

    Devant le tribunal de commerce, Me Pierre - Yves Rossignol , l’un des avocats de Windhager, a assuré que le projet de reprise était toujours d’actualité mais que le repreneur rencontrait un certain nombre de difficultés dues entre autres à l’occupation "nuit et jour" de l’usine par quelque "25 ex-salariés".

    Il a fait part au tribunal de la volonté du groupe de redémarrer la production industrielle "en mars", après l’arrivée de nouvelles machines provenant de son usine de Boekelo aux Pays-Bas.

    Me Rossignol n’a toutefois pas précisé le nombre de salariés embauchés sur le site à l’occasion lors de la reprise d’activité.

    Me Reinhard Dammann, l’un des avocats du liquidateur, s’est "réjoui" du fait que "la société Windhager veuille bien exécuter ses engagements". Les ex-salariés "ne demandent que cela", a-t-il ajouté.

    Rassemblés sur le site de Vénissieux un peu plus tôt dans la journée, ces derniers avaient demandé, quelque peu résignés, que "l’Etat se porte garant du site, le préserve en l’état pour que l’outil industriel reste ici", en attendant un nouveau repreneur éventuel.

    Le tribunal de commerce de Nanterre a renvoyé l’affaire au 11 avril, dans l’attente de constater que Windhager respecte ses engagements.

    Source : Orange Info

  • Secteur d'activités

    Industrie

  •